Romeo Castellucci à propos du Combattimento di Tancredi e Clorinda

 

« La guerre et l’amour, le féminin et le masculin, la foi et le désenchantement, la mort et Eros, le vrai et le présumé, chaque élément de ce drame est divisé en deux âmes opposées par la lame du contraire.[…]

J’imagine les Madrigaux comme des sons étrangers, qui nous emportent ; des chants de vaisseaux spatiaux du futur, des diamants parfaits, aux innombrables facettes. Monteverdi apparaît alors dans une douceur calculée inconcevable. »

 

Romeo Castellucci

Mars 2000

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s